Blog Bois Sec

30 septembre 2013

Rentrée

Classé dans : Billet d'humeur — contact @ 21:10

Le blog ne fonctionne guère ces derniers mois ! Pourtant, il y aurait à dire …
La formule Trio se met en place au fil des mois. Quelques fragilités et repères à retrouver, de nouvelles idées, de nouveaux morceaux …

De bons retours en tout cas lors des derniers bals et à celui de Cognin tout récemment. La nouvelle version de Nox lunae plenae semble etre un tube … merci à Mister J.Mayoud pour son aide sur les arrangements de ce morceau notamment.

Et en prime, cette année, un nouvel an en musique avec l’association  Trad O pieds…

Hervé

2 octobre 2011

Bals de septembre

Classé dans : Billet d'humeur — contact @ 17:15

Septembre 2011 avec deux beaux bals : un dans le jura organisé par cancoillote folk et un dans la drome organisé par Vas’y Marius !
Hmm … c’est bon la rentrée !!

21 novembre 2009

Modeste .. et génial ?

Classé dans : Billet d'humeur — contact @ 19:22

En réaction à un texte de présentation d’un musicien du monde des musiques traditionnelles françaises que nous ne nommerons pas et qui contenait la phrase “..il est selon les dire des musiciens de … (nom de son groupe NDLR), le plus grand mélodiste de ce milieu..”, Patrick Queuche a écrit nos portraits dans le même esprit … avec l’humour en plus ! Ouf !


“Est-il besoin de présenter Patrick Queuche, guitariste autodidacte de talent, capable à ses débuts d’accompagner tous les morceaux, dans toutes les tonalités avec seulement deux accords de do et de sol. En moins de dix ans il parvient à maîtriser tous les accords mineurs et majeurs et à en faire une traduction simultanée en portugais et irlandais sur des instruments aux doux parfums exotiques. Patrick affirme avec une telle conviction ses erreurs que de l’avis des spécialistes elles résonnent comme des improvisations d’une virtuosité rarement atteinte.
Son souci de perfection l’amène à changer une corde cassée avec une telle vitesse que le son de sa guitare continue de résonner aux oreilles des danseurs jusqu’à son retour attendu pour le plaisir de tous.Quand il a ajoute à sa musique sa voix, il enchante les femmes des plus vieilles aux moins jeunes.Il est incontournable que vous rencontriez Patrick Queuche sur les meilleures scènes de la musique et chanson traditionnelle française avec ses amis de Bois Sec ! ”



” Que serait la musique traditionnelle sans Hervé Faye ? Ses mélodies traversent les frontières par delà les sommets enneigés de la Suisse jusqu’aux confins de la Catalogne.
Avec son sens inné de la pédagogie, sa facilité à maîtriser toutes les langues, il vous initiera aux arcanes de la bourrée deux et trois temps, à la sensualité de la mazurka ou vous entraînera sur les chemins de la celtitude parsemés d’andro transcendant ou de gavotte virevoltante.
Ce rhodanien convaincu mais néanmoins adepte du métissage ethnique, explore les répertoires les plus exotiques comme l’occitan béarnais qu’il maîtrise comme personne.
Ne vous essayez pas à vouloir imiter cet accordéoniste hors du commun. Même les caméras les plus sophistiquées dotées de ralentis hyperstationnaires n’ont pu saisir ses enchaînements. Ses doigts ne jouent pas mais volent sur les touches de ses claviers. Oui SES claviers, car il maîtrise les deux mains à la fois. Il serait étonnant voire inexcusable que n’ayez pas au moins une fois entendu ou essayer de jouer ses mélodies.
Avec Bois Sec ! Hervé Faye a atteint le sommet de son art”




” Entrer dans la danse menée par la voix elfique de Christine Raffin, c’est comme entrer en paradis. On ne valse plus, on plane au dessus d’un océan de douceurs. On ne danse plus la bourrée, on fait une une parade nuptiale. Ses ronds d’Argenton sont une communion de danseurs prêts aux plaisirs sensuels.
Sa voix seule suffirait à vous enchanter mais cela serait trop facile pour cette artiste aux multiples facettes.Elle a le rythme en elle et c’est à un véritable kamasutra de percussions qu’elle vous invite, de la moule facétieuse au crapaud thaïlandais. Entrer dans son univers, c’est goûter à l’absolu, franchir les frontières de la volupté, entrer dans un rêve insensé pour vous réveiller à la fin de la danse avec l’unique espoir de vous y replonger. Suivez sa voix, la voie de la sagesse et votre destin en sera changé.
Au sein du groupe Bois Sec ! Christine Raffin est la féminité . ”




” Jouez hautbois, résonnez musettes ! Patrick Raffin est né pour être Maître sonneur. Amoureux et historien reconnu des cornemuses françaises, si vous avez quelques heures devant vous, il vous narrera avec ferveur et malice tout ce qu’il faut connaître sur ces instruments plein de tuyaux et de surprises. Écoutez le attentivement et si vous gagnez sa confiance, il prendra ses cornemuses pour en jouer. Si vous ne connaissez pas le bonheur attendez vous à le découvrir.
Avez-vous déjà savouré la valse à Bergeaud ? Imaginez une soirée d’hiver quand la burle souffle sur les Causses. Vous êtes assis sur ce fauteuil usé par les années sirotant une gentiane hors d’age. Même le bois sec qui crépitait dans l’âtre se tait pour écouter. Patrick n’interprète pas la musique traditionnelle, il est la musique traditionnelle. Dans un bal, vos sensations seront trompées. Il vous viendra à penser : Mais vous êtes plusieurs comme disait la jeune mariée, tellement il passe avec aisance des cornemuses aux flûtes et à la clarinette.Une fois rendu dans vos foyers, prenez le temps de lire les textes de ses chansons. Tour à tour humoriste et poète, il vous fera couler des larmes de rire ou de mélancolie. Artiste peintre de talent, dans ses textes on ne lit pas les mots, on voit les personnages, les paysages, les mondes qu’il crée.
Dans Bois Sec ! Patrick Raffin est l’harmonieuse diversité. “

7 mars 2009

La recette du cahier enfin disponible en version anglaise …

Classé dans : Billet d'humeur — contact @ 14:31

An easy recipe: Wurgul friddle with creamy blostblume*

For 6: 6 plunk and pulchy wurguls

=> Tip: when choosing your wurgul, examine its striddlidink carefully: it should exhibit no butlitumps. Another sign of a good wurgul is a scrutch-free thrump.

1 pound of spring blostblumes, with no liklibits or rottles
5 centipiddles of girasun (fat-free)
½ pistle of manigunt
3 coddles lined with pulvery gundleburn
1 pudsplak of wimmy wetwat
1 sprig of fresh mint

Neddle the blostblumes. Take care to remove all the nistly bits, else the cream may go nottle and nungey, which, as you know, could have a prolucious effect. Strummle the nistly bits until briskit to the touch, add the manigunt, wimmy wetwat and then ristle rotly for a couple of minutes.

=> Tip: the traditional “wurgulgug”, as its name suggests, is the utensil most suited to the preparation of wurguls. We can but praise its excellent value for money and many munificient qualities, featuring an ergonomic fuddlejib on one side (preventing fuddlesom jubblebeans and we know how nasty those can get!!) and a dual festlefet on the other (to festle those annoying fustlies). If you don’t have a wurglulgug or know someone who does (which, let’s face it, would be surprising, as we ALL have one tucked away somewhere), you can always opt for a splugiplug or a splitwoom.

Meantwindle, chiddle the wurguls most delicately. (You can leave the striddlidink as some striddli-lovers appreciate this morsel). Leave the wurguls to calivate culsomely in a buttersome molk. Once the wurguls have nuddled on the nitchy, their wolmol becomes gurlsome. Place the nuddled wurguls in a puddliwink that you have previously lingled with girasun (fat-free), weskit generously with cream, goffer the gundleburn (gently), wool it in the wicky and leave it to foggle for an hour or so. Once foggled, remove, fistle fully and serve in its puddliwink.

What should you drink with this wurgul friddle with creamy blostblume?

Obviously, since we are in England, bumplibeck beer at its beestiest. Or, for a good English wine, and yes, contrary to what our French friends believe, these are as common as wurguls on our shores, a Chateau-Stourpoddle or Chateau-Brumimuck

* Purists may prefer to keep the French title “Fricotée de burlutes à la crème de marmouses” but I insist that the wurgul is the English equivalent and that blostblumes, in season, are the perfect accompaniment with a flavour most marmouse-like. One must encourage traditional English recipes using traditional English ingredients.

Traduction :

jsummerton @ wanadoo.fr

Traductrice du français vers l’anglais, spécialisée dans les recettes de cuisine anglaises (NDLR : enfin, dans la recette, il n’y en a pas d’autres en Angleterre ! )

04 76 09 66 62 - Echirolles (38)

12 octobre 2008

Ecoutez braves gens …

Classé dans : Billet d'humeur, Flash — contact @ 20:52

La triste complainte de Bois Sec !

Une création de 2005, jouée une seule fois chez la “Fée carabine” …

Cliquer sur l’image pour voir l’ensemble en grand !

6 mars 2007

Extrait du journal intime de P.Queuche (guitariste)

Classé dans : Billet d'humeur — contact @ 22:17

Vendredi 8 février 19h22, zone industrielle de Meyzieu, en attendant le stage à la Note Bleue.
Je viens enfin de terminer l’analyse de la dicyanamide, je vais pouvoir faire ma pause. Je plonge dans la froideur humide de cette soirée de février en direction de la cantine. Quelques néons éclairent d’une lueur blafarde les bâtiments de production. Je presse le pas, rythmé par le claquement des machines qui tournent dans l’atelier B3, je coupe par le service maintenance, traverse l’ancien parking vide.

Je suis seul, il fait froid.

Les portes automatiques de la cantine s’ouvrent enfin. Je rejoins mes quelques collègues d’infortune attablés dans cette espace devenu soudain trop grand.>

  • “C’est quoi le menu ?”
  • ” moules frites”

Génial ! Vous avez déjà dégusté des moules frites préparées le midi et réchauffées au micro-onde. Les frites sont dures et les moules sont recroquevillées dans leurs coquilles avec l’aspect d’un chewing-gum goût pêche-abricot oublié sous une chaise d’écolier.
Alors je pense à mes collègues de Bois Sec ! qui en ce moment même sont entrain de s’installer à la table d’un restaurant et de commander un merveilleux repas. Peut-être ont-ils une petite pensée pour moi ! surtout qu’ils vont même pas savoir quoi choisir comme vin. Je suis sur que s’ils avaient eu mon numéro de téléphone au boulot, ils n’auraient pas hésité à m’appeler à l’aide.
De toute façon, en ma qualité de trésorier, j’aurai plus tard la note sous les yeux qui seuls me resteront pour pleurer.
Je me mets à regretter d’avoir fait tant d’études. Si j’avais moins bossé à l’école, aujourd’hui je serais peut-être fonctionnaire ou qui sait même banquier et je ne serais pas là dans cette usine pendant que d’autres font bombance.
Enfin, il est 21h15, je peux quitter l’usine et rejoindre mes camarades musiciens qui doivent en être au dessert. Je prends la rocade direction le sud, puis l’autoroute. Personne, c’est presque comme le parking de l’usine. Tu penses, ils sont tous au chaud, pas si bêtes.

22h00, Chonas l’amballan est en vue. Je traverse le village où les maisons ne sont éclairées que par la lueur des postes de télévision. Je crois que c’est la prochaine à droite. Gagné, c’est la rue du cimetière, je suis sur la bonne voie ! Merde je suis allé trop loin, demi-tour, la petite montée. La voiture d’Hervé n’est pas là, ils doivent être encore au restaurant, tu parles !
J’attends cinq minutes dans le froid et me décide à aller gratter à la porte de Jacques qui m’accueille à bras ouverts en maudissant mes camarades qui ne sont même pas là pour m’accueillir. Je retrouve le gîte et son feu de cheminée.
Et puis enfin nous sommes réunis et j’oublie tout, la zone industrielle, le repas, la rocade, l’attente.

Sinon, le stage avec Jacques à la Note Bleue, c’était super !

Qu’est ce que c’est bien de faire de la musique…

17 octobre 2006

Histoire de fromage ….

Classé dans : Billet d'humeur — webamaster @ 20:20
LE KIRI™ MAGIQUE

Il était au fois, au pays merveilleux de Baltrad, quatre petits amis qui gambadaient joyeusement en semant ici et là de joyeuses ritournelles pour rendre ses joyeux habitants encore plus joyeux.

Il y avait Coco l’Accordéon, Guigui la Guitare, Chanchan la Chansonette et Mumu la Clariflumuse. Oh ! Comme ils étaient heureux quand leurs sons joyeux se répandaient sur les parquets luisants du pays de Baltrad, sous la douce lumière des néons joyeux. Et le reste du temps, ils partageaient les fruits de l’arbre à saucisson et du Mont Frometon, car les habitants de Baltrad ne mangeaient rien d’autre.

Un jour, ou peut-être une nuit, près d’un lac de bière ils s’étaient endormis. Et voilà qu’arrive Émile, le Messager du pays de Baltrad. Nos amis adorent recevoir des Émiles et lui firent donc fête !

« Bonjour, Émile ! dit Coco l’Accordéon qui est le Chef et donc parle toujours avant les autres.

- Bonjour les amis ! répond Émile, qui avait le sens de la répartie.
- Quelle nouvelle nous apportes-tu ?
- Je vous apporte un message du Peuple des Phoques Miouses. Ils sont mignons, gentils, et adorent gambiller et sautiller et se trémousser en cadence sur les musiques du Pays de Baltrad. Ils veulent que vous viendez !
- Mais c’est le pays des Mille Fromages ! Youpi ! » S’exclamèrent ensemble nos amis qui se livrèrent illico les uns sur les autres à diverses manifestations de joie.

Nos amis partirent sans tarder, car le Peuple des Phoques Miouses se trouvait bien, bien loin, sur de hautes et froides montagnes. « Heureusement, se disaient-ils, les meilleurs fromages de l’univers nous attendent à l’arrivée ! »

« Venez vite, les amis ! Venez vous restaurer ! Nous avons cueilli les plus délicieuses délices dans nos jolis prairies de Superu et Lidèrpraïs ! »

Le repas fut joyeux car un gentil phoque Miouse avait en plus apporté des petits saucissons très très bons, et vint le moment du fromage, que nos amis attendaient avec tant d’impatience. Mais Oh Zut ! Il n’y en avait plus ! Un méchant lutin avait volé tout le fromage (c’est un lutin d’origine danoise nommé Larsen, et il est revenu plus tard dans la soirée) !

« Bouh bouh ! pleuraient nos amis. Nous avons fait tant de chemin, si dur, si long et nos petits pieds sont tout meurtris ! Et ici, au pays du Meilleur Fromage, nous n’en avons même pas pour nous rendre joyeux à nouveau et faire gambiller et sautiller et trémousser ! Bouh !»

Mais une gentille fée était présente et avait tout entendu… Et elle montra une mystérieuse petite boîte bleue : « Voici du KIRI™. Savez-vous que c’est aussi du fromage, mes amis, et cela vous rendra joyeux et vous pourrez nous faire gambiller et sautiller et trémousser !

- Bouh bouh ! Mais c’est fait avec ce qui reste dans les tubes de dentifrice et qu’on ne peut pas sortir même en appuyant très très fort ! chougnaient nos amis qui étaient toujours bien colère.

- et avec du lait de bouc ! renchérit Mumu la Clariflumuse, jamais en retard d’une connerie.

- Ne pleurez plus, mes amis, car cela me ruine les oreilles, dit la gentille fée, et regardez : chaque phoque Miouse a inscrit sa marque personnelle sur la boîte de KIRI™ ! Elle est maintenant magique… Tant que vous la garderez avec vous, vous ne serez jamais à court de fromage. Où que vous irez, de gentils lutins des montagnes vous apporteront une assiette garnie des meilleurs fromages et un bocal de petits saucissons si bons !»

Et c’est ce qui se passa : Coco l’Accordéon, Guigui la Guitare, Chanchan la Chansonette et Mumu la Clariflumuse sont retournés il n’y a pas longtemps faire gambiller, sautiller et trémousser près du pays des phoques Miouses. Et voilà que des lutins des montagnes, apparus comme par magie, leur apportèrent fromage et petits saucissons !

La boîte de KIRI™ était bien magique… Merci la fée !

17 août 2006

Retour de stage

Classé dans : Billet d'humeur — webamaster @ 19:59

Aout c’est la …. reprise du boulot !! (enfin pour certains !)

Je parle souvent du privilège de l’amateur… mais là, c’est à ranger dans la colonne “inconvénients” ! Une très GROSSE envie de ne faire que de la musique me prend !
Surtout après un stage de chant !! Et quel stage !!

Une semaine en bourgogne accompagné (et bien accompagné !) par Jean-loup Baly et Sylvie Berger. Travail sur des polyphonies superbes (la femme au sarrazin, nous irons en france..) avec un groupe vraiment très très sympa !! Un de ces groupes à qui on aurait envie de dire à bientôt !

Travail très riche en émotion, en rire .. et en vins ! (fins !! Merci le BGO)

Un peu de frustation sur le répertoire de bal qui “contraint” à la rythmique constante, au choix des chansons “dansables” … mais bon je ne cracherai pas dans la soupe qui toujours aussi bonne !

En attendant, une vraie attente de se retrouver au coeur du bal !!

Vivement la rentrée !!

Hervé

15 juillet 2006

Ode à la bourrée 3 temps

Classé dans : Billet d'humeur — webamaster @ 12:29

Samedi

Il faut chaud, très chaud ! Pas envie de jouer, mais le calme intérieur de la chaleur, qui me fait tourner au ralenti. Et je pense à la bourrée …

C’est pourtant pas une musique de pays chaud, mais avec le temps, c’est devenu un des tempos que j’ai le plus de plaisir à interpréter !

En fait, c’est très physique … une energie de base que je sens avec les tripes ! Une pulsation branchée en direct avec l’intérieur ! Est ce que mon coeur bat la bourrée quand je joue ?

En meme temps, je sais que l’accès aux morceaux n’est pas toujours facile. Si les airs sont parfois simples sur le plan technique, il faut du temps pour sentir le morceau et en faire quelque chose qui vit et qui à la pêche !

Par exemple, je me bat depuis plusieurs mois avec la bourrée à Marguerite. très simple, trop simple peut etre ! Et du coup, j’ai vraiment de mal à la sortir comme elle est dans ma tête. Alors je la tourne, je la tourne …

Ce goût immodéré pour cette pulsation est sans doute renforcé par la cabrette. Quand mon oreille droite entend le “cri” de l’instrument, c’est parti ! Je me laisse porter avec délice sur les vibrations qui viennent de mon voisin …

Y a quelque chose de magique dans la bourée ! C’est clair !

Hervé

13 juillet 2006

Les p’tits nouveaux

Classé dans : Billet d'humeur — webamaster @ 19:55

Oh oui, ils arrivés … ils sont beaux, ils sont chauds (alerte orange météo france), ils sont …

C’est les nouveaux instruments Bois Sec !

Pour patrick (Q bien sur !) une superbe guitare portugaise accordée, que c’est un plaisir, en do comme si c’etait en sol, alors tu vois c’est simple, quand tu fait un mi, là, c’est comme un do, ici, mais en fait c’est un fa …. un vrai délice !!!

Et mon p’tit tom pouce (mais si je ne joue toujours pas avec … le pouce !)

Un peu petit pour mes doigts dans un premier temps, mais, cela doit être comme les renards, ca s’aprivoise … enfin j’espère !!!

Hum,… que de bons moments en perspective !!

PS: je ne parle pas de LA bressane, car elle est déjà sortie une fois en ardèche, alors, c’est pas vraiment une p’tite nouvelle … sans rancune patrick (R bien sur !!!!)

Hervé

Page suivante »

Propulsé par WordPress